• Thomas Guern

Jeep ELITE : le point avant la reprise

A l'issue de son Assemblée Générale du 22 février, la reprise du championnat jusqu'à son terme a été décidée et votée.


Avant ce sprint-marathon final qui nous attend pour les prochaines semaines, l'occasion était idéale pour se replonger dans toutes les statistiques d'efficacité et de rythme de Jeep ELITE.


Le format reste identique à celui vu précédemment, à deux colonnes près. La variance s'est glissée à la suite du NetRtg. Cette valeur statistique donne une indication sur la constance dans les performances de l'équipe. Il s'agit de la variance du NetRtg, afin de juger de la constance des performances d'une équipe match après match. La valeur en tant que telle n'a pas de sens réel, mais c'est la comparaison et la mise en contexte, en comparant par rapport aux autres équipes, que la donnée prend son sens. Le rang 1 correspondra à une équipe qualifiée "constante" à 18 "inconstante".


Comment lire cette colonne par conséquent ?


Prenons deux exemples : Dijon et Gravelines-Dunkerque. Dijon affiche la 3e valeur la plus basse de Jeep ELITE, tandis que le BCM ferme la marche. Très rapidement, on pourra dire que la JDA Dijon a été constante dans ses performances (variance faible), à l'inverse de Gravelines-Dunkerque (variance élevée).


Trêve de bavardages, place aux chiffres. Les observations diverses sont à retrouver à la suite de ce petit bloc.



Un championnat toujours plus rapide, mais moins prolifique


73.0 en 2017-18, 73.1 en 2018-19, 73.5 la saison dernière, 73.6 pour l'exercice en cours : le rythme de jeu évolue doucement mais surement à la hausse.

A l'inverse, l'efficacité connaît un recul cette saison. Après avoir gagné près de 4 points sur 100 possessions, en passant de 107.7 Rtg en 2017-18 à 111.2 la saison passée, la valeur de la possession retrouve son niveau d'il y a 4 saisons avec 107.2 points marqués/encaissés pour 100 possessions.

Cette baisse de rendement en attaque / hausse du rendement en défense, selon si on aime voir le verre à moitié vide ou à moitié plein, trouve son explication dans les 4 Factors. La saison 2020-21 a vu le ratio de pertes de balles par possession dépasser la barre des 20%. La saison passée, 18% des possessions de Jeep ELITE se terminaient par une perte de balle.


Aucun juggernaut ne se dégage


La saison passée, Dijon, Lyon-Villeurbanne et Monaco se détachaient en étant à la fois dans le Top 3 de l'efficacité offensive ET défensive. Cette saison, aucun trio, aucune équipe ne dominent les rankings. Boulogne-Levallois est la seule équipe à être dans le Top 5 de l'efficacité offensive et défensive. A côté de cela, des équipes comme Roanne ou Le Mans excellent d'un côté du parquet, mais souffrent de l'autre.

C'est le cas également pour le bas de tableau. Gravelines-Dunkerque, Le Portel, Roanne se situaient en retrait des autres formations à la lutte pour le maintien. Cette saison, mise à part Boulazac (14e attaque, 18e défense), aucune formation pointe dans les dernières places aussi bien dans l'Offensive Rating que le Defensive Rating.


Net Rating, pourcentage de victoire : le biais de l'échantillon


Entre les équipes ayant joué 10 matches, les autres 9 dont 6 à l'extérieur, le classement n'est jamais simple à décrypter. A tel point que Le Portel et l'ASVEL affichaient le même bilan au cours du mois de janvier :

Un mois et une poignée de matches plus tard, le constat est toujours valable. Le nombre de victoires, le classement restent le nerf de la guerre. Par contre, il est d'autant plus intéressant cette saison de garder un oeil sur le Net Rating. Le Portel a réalisé un début de saison surprenant (5v-5d), mais l'ESSM affiche un différentiel de -11.1 NetRtg (17e). Orléans connaît le phénomène inverse : 4 victoires en 10 matches, mais 4e NetRtg du championnat.

Cette différence entre l'ESSM et l'OLB s'explique par la nature des victoires et des défaites des deux équipes : Orléans a gagné sur des scores fleuves, perdu sur des matches serrés. Et vice versa pour les portellois.



Lequel des "4 Factors" impacte le plus l'efficacité offensive ?


Si vous avez déjà erré sur le site, les 4 Factors définis par Dean Olivier dans "Basketball on Paper" ne vous sont pas inconnus. Il s'agit de 4 facteurs, 4 paramètres qui favorisent le gain d'une rencontre après une étude sur plusieurs centaines, milliers de matches réalisée par Dean Oliver et des étudiants. Il avait défini les facteurs suivants :

- la capacité à mettre des tirs : l'adresse (eFG%)

- la capacité à valoriser chaque possession : le rebond offensif (OREB%)

- la capacité à ne pas gâcher des possessions : les pertes de balles (TOV%)

- la capacité à obtenir des points "faciles" aux lancers-francs : le FT Rate (FTA/FGA)


D'un championnat à un autre, d'une saison à une autre, la corrélation entre l'efficacité offensive et chacun des paramètres évolue. Cette saison, deux paramètres se distinguent très nettement.

Les pertes de balles affichent la plus forte corrélation avec l'efficacité offensive : moins souvent une équipe perdra la balle, plus efficace elle sera en attaque. L'adresse corrèle fortement avec l'Offensive Rating, mais rien de logique : les attaques les plus efficaces sont les plus à mêmes de réussir leurs tirs.

Le pourcentage de rebond offensif disponible capté par l'équipe vient ensuite, mais la corrélation est très très faible (0,18 contre 0,77 pour les pertes de balles et 0,56 pour l'adresse).

Et le FT Rate dans tout ça ? Pour l'instant et pour cette saison, j'insiste sur cet aspect, il dégrade le rendement offensif de l'équipe. Boulazac, Le Mans figurent bien au classement du FT Rate, mais pas de l'efficacité offensive. Remarque valable dans le sens inverse pour Bourg-en-Bresse.


Et en défense ?


A la question précédente, il a été vu que les pertes de balles et l'adresse aux tirs corrèlent très fortement avec l'efficacité offensive, là où la relation est plus faible pour le rebond offensif, et même négative pour le FT Rate. Logiquement, on devrait retrouver ce même ordre de corrélation pour l'efficacité défensive ?

Bingo. On retrouve le même ordre de corrélation entre les pertes de balles et l'adresse avec l'efficacité défensive. Suit le rebond défensif, et enfin le FT Rate adverse, qui corrèle lui aussi négativement avec l'efficacité défensive. C'est-à-dire que plus la défense enverra l'adversaire sur la ligne des lancers, plus efficace sera la défense !



Comment lire le tableau ?

Les valeurs de corrélation se situent forcément entre 1 et -1. Quand la valeur s'approche de 1, cela signifie que la corrélation est forte. C'est le cas notamment avec l'Offensive Rating, le Defensive Rating et le TOV%.

Quand la valeur s'approche de 0, il n'y a pas de corrélation : la performance au rebond offensif adverse (rebond défensif de l'équipe) n'impacte pas le Defensive Rating de l'équipe.

Enfin, quand la valeur est négative, on parle de corrélation négative : une équipe sera moins efficace en attaque lorsqu'elle affichera un FT Rate élevé.

Posts récents

Voir tout